Les Chants de Cèilidh

Bonjour à tous !

Nous aurons mis le temps, mais nous revoilà avec ce nouveau projet qui, nous l’espérons, vous plaira autant que La Cité du Vent.

Cèilidh (prononcez "Kéïlih") est un monde si vaste que peu de gens connaissent ses frontières, un monde à la fois beau et terrifiant, que vous découvrirez petit à petit, comme des explorateurs, au fil de nos Chants rassemblés ici.

Si cela vous tente, installons-nous autour de ce feu bien agréable par ces froides soirées d’hiver, et écoutons Bradshaw, qui a le plaisir d’inaugurer les Chants de Cèilidh avec La Haie.

http://leschantsdeceilidh.wordpress.com/

 


L’argent tombé du ciel

Enfin des nouvelles ! Et surtout une nouvelle : cette version personnelle d’une histoire bien réelle, du moins pour ce qu’on en connait. Le détournement d’ un avion par un mystérieux D.B. Cooper, avant qu’il ne disparaisse à tout jamais avec 200 000 dollars. Personne ne sait qui il était, ni ce qu’il est devenu.

Personne ? Venez jeter un œil par ici…

Bonne  lecture !

http://stephane-antol.com/ecrits.php?id=17&suite


Un nouveau rendez-vous

Bonjour à tous !

Vous qui avez suivi « La Cité du Vent » me ferez peut-être l’honneur d’une visite sur mon site tout habillé de neuf :

http://www.stephane-antol.com/index.php.

Vous y trouverez des récits et un blog où nous pourrons échanger, et où je vous dévoilerai diverses anecdotes !

A très bientôt !


Après la Cité…

Nous voici donc arrivés au bout de cette route, après un peu plus de quatre mois de surprises. Lire la suite


Épisode 20 : La Fin

Hampton avait raison. Lire la suite


Épisode 19

Au début, la lueur provenant du tunnel d’accès leur avait permis de distinguer les parois de part et d’autre de la barque. Mais très rapidement, ils s’étaient enfoncés dans les ténèbres et il n’y avait bientôt eu que le clapotis de l’eau autour d’eux. Le Styx avait beau être silencieux, il filait vite, et Wyndham pensa qu’ils allaient finir par se fracasser contre un rocher ou chavirer. Lire la suite


Épisode 18

Barnett plaqua Calloway au sol une seconde avant qu’une nouvelle salve destructrice ne massacre ce qui restait de la décoration rococo de la maison de passe. Une multitude de morceaux de verre et de bois − les restes désintégrés des encadrements de fenêtres − s’abattit sur eux telle une averse tranchante. Lire la suite


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.